This Daily Halakha For Refua Shelema Of

Sol bat Licy and Steeve ben Katy Banon

, from E. Azulay and Avichai ben Guila Azran posted on 2010-05-11
 
 

Décorer la Synagogue a Chabou’ot / Dire Chehe’heyanou sur les Tefilin le Jour de la Bar-Miswa

Print This Post Print This Post

mardi, 11 mai 2010 | AP | Bar-Miswa, Chabou'ot, Téfiline

29 Iyar 5770 – 13 mai 2010 – Pérachat Bamidbar


‘Omer: 44ème jour, 6ème semaine 2 jours

S’il vous plait, priez pour la Refoua Chelema de Sol bat Licy et 


Yaacov ‘Hay Steeve ben Yacout Chirel.




YouTube:
Chabou’ot Pioutim et Tefilot


***********************************************


Netibot haMa’arab – e »H Ribi Eliyahou Biton s »t


Coutumes de Chabou’ot

1) Le Chabat qui précède la fête de Chabou’ot (Chabat Kala), nous avons l’habitude de dire beaucoup d’enseignements en l’honneur de la Tohra. La raison pour laquelle nous l’appelons Chabat Kala est que les juifs ont le statu de kala (mariée) et Hachem de ‘Hatan (marié). De la même façon qu’une mariée se prépare avant la ‘houpa, le peuple d’Israël se prépare aussi ce Chabat pour recevoir la Thora avec le cœur rempli de joie. T.N. Chabou’ot est le moment ou nous avons reçu la Thora d’Hachem au mont Sinaï. C’est le temps où nous avons été symboliquement marie a la Thora, partenaire eternel du peuple d’Israël. Voir Osrot haMaghreb (Chabou’ot),Ben Ich ‘Hai (Première Année, Perachat Bamidbar).


2) La veille de Chabou’ot nous la coutume de décorer la synagogue avec des fleurs en l’honneur de ‘Hag Matan Thora (le don de la Thora). Cette coutume est basée sur l’enseignement de nos Sages que lorsque la Thora a été donnée, le monde entier fut rempli d’une odeur agréable. C’est pour cela que nous ornons les synagogues avec des fleurs car d’elles émanent une bonne odeur. D’après certains, les fruits ainsi que les arbres sont jugés a Chabou’ot (a savoir s’ils produiront ou non des fruits pour l’année à venir). C’est pour cela que nous pouvons aussi décorer la synagogue avec des fruits afin d’illustrer ce concept et aider les membres de la communauté a l’intégrer. Voir le QS »A par Ribi Refael Baroukh Toledano zt »l p. 176, le Yalqout Yosef (Mo’adim p. 443), Osrot haMaghreb, et Ta’amé haMinhagim p. 304.


Magen Abot – e »H Ribi Mordekhai Lebhar s »t
Coutumes de la Bar-Miswa


Nous avons la coutume de faire réciter au Bar-Miswa la bénédiction de chehe’heyanou lors de sa première pose des tefilin.
Un homme plus âgé qui achète une nouvelle paire de tefilin ne récitera pas chehe’heyanou.

De manière générale la bénédiction de chehe’heyanou est récitée lorsque nous portons des habits neufs pour la première fois, ce qui devrait inclure les tefilin. Néanmoins, dans la majorité des communautés juives la coutume est de ne pas réciter chehe’heyanou sur une nouvelle paire de tefillin. La raison invoquée dans ce cas est que le cuire des lanières provient de l’abatage d’un animal, et remercier D. dans une occasion pareille ne parait pas appropriée. Voir Maran ha’Hida (Ma’haziq Berakha 22:2), Ribi Eli’ezer Papo (Dameseq Eli’ezer p. 40b), Kaf ha’Hayim (22:1:1), et référence plus récente, e »H Ribi Mordekhai Eliyahu s »t (WeZot haBerakha p. 168).

La raison mentionnée ci-dessus ne concerne que les adultes. Un garçon récitera en revanche la bénédiction de chehe’heyanou parce qu’il devient responsable de l’accomplissement des miswot, ce qui est une raison suffisante pour réciter chehe’heyanou.  Voir Ribi ‘Hayim ben ‘Atar (Peri Toar 28), Ribi Yis‘haq ben Walid zt »l (Wayomer Yis‘haq, OH: Laws of Berakhot 23), Ribi Chelomo Dayan (‘Ateret Chelomo 3), et Ribi David ‘Ovadia zt »l (Nahagou ha’Am).


***********************************************
Nos sages, ‘Hazal, nous enseignent que « celui qui étudie [deux] Halakhot par jour à la garantie d’une portion au ‘Olam Haba (le monde à venir). » (Masékhét Méghila 28b)

Ajouter un commentaire