Jeûner Pour Moché Rabenou a »h / Dire Qeriat Chema’ Sans Minyane & Quand il Faut Poser les Sisit?

Print This Post Print This Post

lundi, 07 mars 2011 | AP | Pourim, Cha'harit

24 Adar 1 5771 – 28 fev 2011. – Pérachat Péqoudé
Chabou’a Tob ouMazal Tob ! Jm’a Mbarka Ms’euda !

S’il vous plaît dites Tehilim et edutiez pour la le’ilouy nichmat de Viviane ‘Aliya bat Rena z »l, nos sincères condoléances à la famille. Aussi pour la réfoua chéléma de Mikhael Pin’has bar Fanny s »tSr. Ribi David bar Zohra Kadoch s »tShim’on bar ‘Aliya s »t; Shim’on bar Jennifer Ester s »t.

Ecoutez nos chi’ourim en anglais:
Allez voir la nouvelle mise à jour de notre site www.darkeabotenou.com et YouTube. 



***********************************************

e »H Ribi Eliyahou Bitton s »t
Coutumes de Pourim


1) Les gens pieux avaient pour coutume de jeûner le 7 Adar, jour du décès de Moché Rabénou a »h {quand Haman avait voulu exterminer les juifs il avait choisi justement ce triste mois mais il ne savait pas que c’était un joyeux mois parceque c’est aussi le mois de sa naissance}. Mais, il n’était pas dans nos habitudes ni de lire ‘anenou ni de lire la Tora comme nous avons l’habitude de faire les jours de jeûne. Certains avaient l’habitude de ne pas lire les ta’hanounim car c’était aussi le jour de la naissance de Moché Rabénou a »h.  Selon ‘Hazal les jours ou les sadiquim décèdent sont aussi dur que celui ou le Bet haMiqdach a été brulé, et a plus forte raison le jour de la mort de notre fidele berger, Moché Rabénou a »h. Voir Ora’h ’Hayim (Siman 580), Kaf Ha’hayim (ibid.), Ye’hawé Da’at (‘Heleq 1, Siman 83), Mayim ‘Hayim (‘Heleq 1, Siman 285), Mo’ed Lekol ‘Hai (Siman 31:7), et Nahagou Ha’am (p.117).

Coutumes de Cha’harit



74) Lorsque quelqu’un ne récite pas Quériat Chéma’ avec minyan il doit commencer en disant « E-l Melekh Né-eman. » La raison est rapportée dans le sefer Chibolé haLequet par le Tachbas, parce qu’il est connu selon ce que les anciens ont écrit, que dans Quériat Chéma’, il y a 248 mots correspondant aux 248 membres du corps. Dans les trois pérachiot du Chéma’ il y a 239 mots, et lorsqu’on ajoute « Baroukh Chem Kebod Malkhouto le’Olam wa’Ed » nous obtenons 245 mots, c’est pourquoi nous ajoutons « E-l Melekh Né-eman » afin que le Chéma’ comporte 248 mots. Voir aussi le Rama (Siman 61:3), Chou »tDarké Dawid (Siman 10), Osrot Posqé ‘Hakhmé Morocco (Quériat Chéma’), Chou »t Mayim ‘Hayim (‘Heleq 2, Siman 29).


78) Après avoir dit « la’ad ul’olmé ‘olamim » on passe les sisiot sur nos yeux avant de les embrasser et les lacher. Ceci provient de la Qabala, rapporté dans le Sefer haKawanot(27b). Une simple explication est que les mefarchim (commentateurs) rapportent que le mot  « la’ad » a la valeur numerique de 104. Il y a 8 fils dans le talet (4 x 8 = 32), chaque fil est en fait 2 meches entrelacees (donc 32 x 2 = 64), et il y a 5 double noeuds sur chaque meche (64 + [10 noeuds sur chaque meche x 4 fils] = 104). Ceci provient du Midrach Talpiot qui est rapporté dans le Ta’amé haMinhaguim (p.36). Voir Cha’aré Tefila (p.130), Osar Hamikhtabim (Siman 409), et voir aussi Ma’ané Abraham par Ribi Abraham ‘Amar de Meknes.


***********************************************
Nos Sages, ‘Hazal, nous enseignent que « celui qui étudie [deux] Halakhot par jour à la garantie d’une portion au ‘Olam Haba (le monde à venir). » (Masékhét Méghila 28b)

Ajouter un commentaire